Aokigahara

青木ヶ原

La forêt d’Aokigahara, située au pied du mont Fuji au Japon, est une étendue de nature dense et mystérieuse qui a acquis une réputation particulière, mêlant beauté naturelle et une aura de tristesse et de mystère. Également connue sous le nom de “mer d’arbres” en raison de la densité de son feuillage, cette forêt est souvent évoquée pour des raisons qui dépassent le cadre de son paysage sylvatique luxuriant.


 

Culture


 

森 Mori, forêt
森 Mori, forêt

Aokigahara (青木ヶ原) est une forêt de 35 km2 qui s’étend à la base du mont Fuji au Japon. Connue sous le nom de Jukai (樹海, « mer d’arbres »), c’est une forêt à l’histoire encore relativement jeune, datant d’environ 1 200 ans. Aokigahara est connue pour le nombre important de personnes mortes retrouvées dans cette forêt depuis les années 1950 et dont la cause est, dans la plupart des cas, un suicide.

Forêt d'Aokigahara

Étymologie de Aokigahara

Le mot Aokigahara est composé des kanjis suivants :

  • qui signifie « bleu, vert »
  • qui signifie « arbre, bois »
  • qui signifie « champ, prairie, original »

Le nom d’Aokigahara Jukai viendrait de la façon dont les arbres bougent sous l’effet du vent lorsqu’on les observe depuis le sommet du mont Fuji, ressemblant à des vagues ondulant sur l’océan.

Géographie d'Aokigahara

Située au nord-ouest du mont Fuji, la majeure partie de la forêt couvre l’emplacement d’une large coulée de lave qui a enseveli la région lors de l’éruption de Jōgan en 864. Ces coulées de lave ont d’ailleurs endigué le lac Senoumi (せの海), le divisant en deux et formant les actuels lac Sai et lac Shōji.

Le sol de la forêt, en roche volcanique, est principalement couvert de mousse. Les bulles de gaz présentes dans la coulée de lave initiale s’étant effondrées, le terrain est assez accidenté. Néanmoins il est assez aisé de s’y promener, les buissons et ronces y étant rares. Des sentiers de promenade balisés existent sur la rive sud du lac Sai.

Aokigahara couvre approximativement 3 500 hectares.

Une faune riche

Avec ses paysages denses, son sol volcanique rocheux, ses innombrables arbres et ses sentiers tortueux, la forêt d’Aokigahara possède une faune et une flore riches. De nombreuses espèces cohabitent dans la forêt, notamment des renards, des cerfs, des chauves-souris ou encore des écureuils japonais, ainsi qu’une très large variété d’oiseaux.

Parmi les arbres, ce sont les conifères qui dominent, notamment la pruche du Japon. Toutes sortes de plantes peuvent également être observées, comme par exemple la monotropastrum humile (ギンリョウソウ, Ginryousou), une plante saprophyte (plante qui pousse sur les feuilles mortes en symbiose avec les bactéries qui décomposent leur alimentation) qui est entièrement blanche et n’a pas de feuilles vertes.

ギンリョウソウ monotropastrum humile
On dirait presque que ce sont des yeux qui nous observent... 👻

Aokigahara, la forêt des suicides

Aokigahara est le lieu de la plupart des suicides par pendaison se déroulant dans la préfecture de Yamanashi (370 en 2005, 376 en 2006, 342 en 2007, soit 1 % des suicides au Japon dans cette préfecture), d’où un grand nombre d’histoires de forêt hantée par des esprits errants. Il est considéré comme l’un des sites où l’on se suicide le plus au monde avec le Golden Gate Bridge à San Francisco. Des gardes forestiers sillonnent régulièrement le site et de nombreux panneaux sont disposés afin de prévenir d’éventuels nouveaux actes suicidaires.

Panneau forêt d'Aokigahara

En 1959, l’écrivain japonais Seichō Matsumoto écrit Nami no tō (波の塔, « pagode de vagues »), dans laquelle il suggère qu’Aokigahara est un endroit idéal pour mourir en secret et sans que l’on puisse retrouver la dépouille du défunt. En 1993, Wataru Tsurumi rédige le controversé Kanzen jisatsu manyuaru (完全自殺マニュアル, « Mode d’emploi complet du suicide »), dans lequel il conseille Aokigahara comme « endroit parfait pour se suicider ». En 1998, 74 pendus sont retrouvés par les autorités, 78 en 2002, 108 en 2004.

Le 31 décembre 2017, le vidéaste américain Logan Paul découvre lors du tournage d’un vlog dans la forêt le corps d’un jeune homme japonais s’étant pendu peu de temps avant. La vidéo a été publiée avec le visage du défunt flouté mais l’attitude du jeune homme face à cet événement créa une polémique et un lynchage sur les réseaux sociaux, ses sponsors l’ont ensuite boycotté ainsi que YouTube en supprimant la monétisation de ses vidéos, réduisant ainsi sa rémunération.

Un repaire de fantômes

幽霊 Yuurei, fantôme, revenant
幽霊 Yuurei, fantôme, revenant

Traditionnellement, les forêts et les montagnes sont considérées par les Japonais comme des espaces sacrés et des lieux de rendez-vous de nombreux esprits. Selon le folklore japonais, le yūrei, une sorte de fantôme tourmenté, hanterait la région. Un yūrei est l’esprit d’une personne ayant quitté son enveloppe charnelle mais n’étant pas monté au paradis car ayant laissé sur terre des chagrins, des colères, ou des regrets.

Aokigahara est une destination à part. Les GPS et téléphones ne fonctionnent pas à l’intérieur. Les métaux ferreux contenus dans la roche volcanique rendent encore aujourd’hui toute boussole caduque, d’autant que le caractère répétitif du paysage et l’impossibilité d’apercevoir le soleil depuis certains endroits perturbent le sens de l’orientation.

La lave renfermait par ailleurs des bulles de gaz qui se sont échappées lors de la phase de solidification en créant des formes étranges, figées lors du refroidissement, et de nombreuses cavités qui se révèlent dangereuses. Ainsi, parmi les corps retrouvés dans la forêt, plusieurs sont ceux de randonneurs égarés.

Aokigahara est donc considéré comme l’un des endroits les plus hantés du Japon. De nombreuses histoires racontent l’apparition de fantômes ou d’esprits errant dans la forêt et vous empêchant de quitter le lieu. Les arbres eux-mêmes seraient imprégnés d’une énergie malveillante accumulée depuis des siècles et paraissent parfois même vivants.

Forêt d'Aokigahara

Aokigahara dans la culture populaire

Le côté menaçant de la forêt, dont le folklore et la culture populaire ont fait la réputation, a inspiré de nombreux romans, séries et films au Japon. C’est le cas par exemple du manga Samurai Deeper Kyo, dans lequel plusieurs scènes se déroulent en plein cœur de cette forêt extrêmement dangereuse qui abrite des créatures maléfiques.

Source : Article Aokigahara de Wikipédia

Me soutenir

Vous appréciez le contenu du site et souhaitez le soutenir ?
Vous pouvez apporter votre soutien de différentes manières :

Pour encourager le développement du site et le pérenniser, les contributions même les plus petites sont les bienvenues.
Merci infiniment pour votre aide !

お辞儀
Merci infiniment

 

Articles


 

Retrouvez tous les articles culturels sur cette page.

Laisser un commentaire