Kasa-obake

傘おばけ

Le Kasa-obake est une créature fascinante du folklore japonais. Ce yôkai est représenté comme une ombrelle avec un œil unique, une longue langue, ainsi que deux bras et une seule jambe.


 

Culture


 

Description du Kasa-obake

傘おばけ Kasa-obake
傘おばけ Kasa-obake

Le Karakasa-obake (唐傘お化け) ou Kasa-obake (傘おばけ) ou encore Karakasa-kozō (唐傘小僧) est un yôkai du folklore japonais, qui représente une ombrelle dotée d’un œil, d’une langue généralement d’une longueur impressionnante, de deux bras et se tenant sur une unique jambe.

Originaire des contes populaires de l’ère Edo, le Kasa-obake appartient à une catégorie de yôkai appelée tsukumogami, des objets inanimés qui prennent vie après avoir existé pendant cent ans. Cette légende reflète la croyance japonaise en l’animisme, où même les objets du quotidien peuvent posséder une âme ou un esprit.

Il existe de nombreuses variantes de Kasa-obake et si certains le représentent sans bras ou chaussé d’une geta, d’autres le dessinent avec une patte d’oiseau au lieu de son unique jambe, ou, plus rarement, doté de deux jambes.

傘おばけ Kasa-obake

Étymologie de Kasa-obake

Le mot karakasa (唐傘) désigne une ancienne variété d’ombrelles à armature de bois et tendues de papier huilé. Quant au mot obake (お化け), il signifie « fantôme ».  Le nom de ce yôkai peut donc être traduit par « ombrelle fantôme ».

Un esprit farceur

傘おばけ Kasa-obake

Si la représentation que l’on se fait du Kasa-obake est plutôt précise aujourd’hui, son histoire l’est nettement moins. Le mythe qu’il y a autour de lui semble varier selon les régions et ne pas nécessairement décrypter spécifiquement ses origines. On sait néanmoins que cette ombrelle animée est davantage considérée comme un esprit farceur que comme un monstre réellement mal intentionné.

En effet, si certains yôkai peuvent avoir une apparence assez effrayante, souvent largement soutenue par une histoire sombre, le Kasa-obake se présente quant à lui sous une forme plutôt inoffensive, se contentant de surprendre les humains par sa présence inattendue. Le Kasa-obake se révèle effectivement espiègle, son jeu favori étant de surprendre les humains en apparaissant derrière eux et en leur faisant une petite léchouille sur le visage, d’où cette langue particulièrement longue.

Kasa-obake

Légendes autour du Kasa-obake

Kasa-obake

Dans la préfecture de Ehime, la légende raconte qu’un monstre en forme de parapluie apparaîtrait dans les vallées lors des nuits pluvieuses et que ceux qui le surprendraient resteraient pétrifiés s’ils ne se couvraient pas des intempéries.

Du côté de Tottori, on a plutôt tendance à évoquer l’existence d’un certain yûrei-gasa (幽霊傘, littéralement “parapluie fantôme”) qui, tout comme le Kasa-obake doté d’un œil et d’une jambe, ferait souffler le vent si fort qu’il enverrait les hommes voler dans le ciel.

Dans tous les cas, la fréquence de ses apparitions semble avoir un lien étroit avec le ciel et le temps, comme son aspect de parapluie aurait pu nous le laisser imaginer.

Kasa-obake

La notion de respect

Au-delà de son rôle d’esprit farceur, le Kasa-obake incarne également des thèmes plus profonds de la culture japonaise, tels que le respect et la vénération des objets anciens, et la notion que même les objets ordinaires peuvent avoir des histoires et des esprits propres.

Si vous vous êtes déjà demandé pourquoi les statistiques du taux de vol sont aussi basses au Japon, sachez que le shintoïsme en est en grande partie responsable : considérant que chaque objet absorbe un peu de l’âme de son propriétaire, il devient dès lors malséant de s’emparer de force de l’esprit d’autrui. Les récits de Kasa-obake rappellent ainsi l’importance de traiter les objets de la vie quotidienne avec soin et respect.

Le Kasa-obake dans la culture populaire

カラカラ Super Mario Land 2
© Mario (マリオ), Nintendo (任天堂株式会社)

Comme nombre de ses compagnons, le Kasa-obake tient une place importante dans l’imaginaire nippon et dans les œuvres contemporaines. En effet, si son histoire reste assez mystérieuse et si l’univers qui plane autour de lui ne semble pas aussi étoffé que celui de certains autres yôkai, le petit monstre en forme de parapluie tirant la langue n’hésite pas à apparaître dans les mangas, les animés, au cinéma ou même dans des jeux vidéo comme dans Super Mario Land 2.

L’animation est sans aucun doute le domaine dans lequel le yôkai s’est le plus illustré. On peut notamment retrouver le Kasa-obake dans le film d’animation Pompoko, produit par le studio Ghibli et réalisé en 1994 par le cinéaste Isao Takahata, qui présente une scène de Hyakki Yako, la fameuse parade des cent démons japonais, dans laquelle la petite ombrelle n’a pas manqué de s’incruster aux côtés de ses amis surnaturels.

Parade des cent démons dans Pompoko
© Pompoko (平成狸合戦ぽんぽこ), Studio Ghibli Inc. (株式会社スタジオジブリ)

Sources :

Me soutenir

Vous appréciez le contenu du site et souhaitez le soutenir ?
Vous pouvez apporter votre soutien de différentes manières :

Pour encourager le développement du site et le pérenniser, les contributions même les plus petites sont les bienvenues.
Merci infiniment pour votre aide !

お辞儀
Merci infiniment

 

Articles


 

Retrouvez tous les articles culturels sur cette page.

Laisser un commentaire